Le PLIB, interviewé par Marianne [3/10]

Au cours de l'Été 2020, le PLIB a été contacté par une journaliste de l'hebdomadaire Marianne afin de répondre à des questions en vue de la rédaction d'un article sur les libertariens français. Nous remercions Marion Messina de nous avoir donné la parole. Son article est disponible ici.

Néanmoins nous avons quelques points de désaccord avec la vision donnée dans cette article. Afin de permettre au lecteur de continuer à se forger sa propre opinion, nous avons décidé de mettre en ligne sous la forme d'une série, les 10 questions que Madame Messina et les 10 réponses que nous lui avons apporté.

Question 3 : Quelle est la place du législateur dans la société libertarienne type ? A-t-il encore un rôle de garde fous ou de protection à jouer ? (On voit par exemple des libertariens "extrêmes" aux États-Unis critiquer l'interdiction de la pédophilie au nom de la liberté sans limites)

Les formes et fonctions de l’État divergent selon les différentes écoles constitutives du libéralisme. Il ne serait pas passionnant de se lancer dans une description détaillée des possibilités. Nous énonçons donc notre position.

On dit souvent que la caractéristique première de l’État est son monopole de la « violence légitime ». Nous ne partageons pas cet avis. Le seul monopole nécessaire et suffisant de l’État est la définition de la loi. Le code 73 du code pénal dispose déjà qu’un individu est légitime à interpeller en flagrant délit un autre individu coupable d’une violation de la loi passible d’une peine de prison. Cet exemple illustre que l’État n’est pas seul légitime à transgresser le principe de non-agression, mais il est le seul à pouvoir définir quand et comment.

Aussi le législateur a bel et bien son rôle à jouer, en posant les limites entre les libertés de chacun, en réfléchissant à la meilleure manière de s’assurer du consentement des parties prenantes, et quand et comment la transgression du principe de non-agression devient légitime. Seulement, dans le même esprit que Montesquieu, nous attendons du législateur qu’il ait peur de légiférer, et qu’il ne le fasse que d’une main tremblante. Aujourd’hui l’inflation législative, normative, le manque d’évaluation des lois votés, et leur durée de validité, le plus souvent perpétuel sans revote, nous amène dans une situation inquiétante pour les libertés individuels. L’insécurité juridique qu’elle cause est une porte ouverte à l’arbitraire, un agent représentant la force publique pouvant jouer de la difficile appréhension du droit pour s’imposer sans base légale claire face à un justiciable.

Et sans vouloir impérativement ramener le sujet économique sur la table, la complexité législative a pour conséquence de favoriser les grandes organisations qui disposent de plus de moyens sur leurs plus petits concurrents. La RGPD en a été un bel exemple, sous couvert de protéger les données personnelles contre les GAFA, on a en réalité renforcer la position de ses dernières.

Enfin, c’est plus un aparté, mais pour répondre à votre allusion sur la pédophilie défendue par certaines personnes se revendiquant comme libertarienne aux États-Unis, nous sommes clairement en désaccord. Tout d’abord, aucun libertarien sérieux, fut-ce aux Etats Unis, ne défend la pédophilie. Vous faites peut être allusion à la polémique autour des déclarations d’Alvin Vohra, ancien Vice-Président du Parti Libertarien américain, envers qui cette accusation a été portée l’an passé. Cependant, Vohra s’était contenté de contester la notion d'âge légal de validité du consentement, relevant que celui ci différait d’un Etat à l’autre, et suggérant qu’à la place la validité du consentement éventuel soit examinée au cas par cas, et non par le biais d’un âge couperet. On peut être en désaccord avec cette idée, mais elle ne revient ni à vouloir légaliser, ni cautionner la pédophilie.

Il va de soi que même si tous les individus n’atteignent pas la maturité au même âge, un enfant ne peut manifester un consentement éclairé à une relation sexuelle. Dès lors le principe de non-agression est bafoué dans une telle situation et nous condamnons fermement de tels agissements.

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Recherche par thème
Suivez nous.
  • Twitter Basic Square
  • Icône social Instagram
  • Facebook Basic Square
  • YouTube Social  Icon

© 2021 par Parti Libéral

Parti Libertarien

Le PLIB est membre de l'AIPL (Alliance Internationale des Partis Libertariens)